FR / EN 

Archives

 
 
 

EDITO 2016 :

D.O.A. Délicieux Octobre Arboricole

 
 
Court Métrange 2016 Il est une question récurrente qui nous est posée : que distingue le film traditionnel du film fantastique ? Pourquoi faudrait-il les dissocier ? Ils sont reliés par le même ADN. Celui du Cinéma. Qu’on peut se représenter comme une belle planète avec ses continents et ses pays. En eux, la richesse de cultures différentes… ou de genres (puisqu’il semble nécessaire de recourir à ce terme). Lesquels ne se privent pas de communiquer ou de s’associer tant il est vrai que les frontières sont perméables et que la culture se partage.

Comme la question est souvent persistante et que la métaphore (si élégante soit-elle) satisfait rarement, on peut avancer que « la manière » les différencie. Le cinéma traditionnel vous entraine généralement par la main pour vous emmener dans ses récits tandis que le cinéma de genre vous saisit plus directement à la gorge. On pourrait presque parler de « bonne » et de « mauvaise » manière en quelque sorte. S’aventurer à dire que l’un est mieux éduqué que l’autre nous parait néanmoins imprudent.

En ce joli mois d’octobre rennais, comblons notre appétence pour l’Ailleurs dans ces récits que nous propose le Fantastique. Dévorons à grands yeux tous les délices de l’étrange qui envoûte et du merveilleux qui transporte. Ne rejetons pas les bienveillantes secousses de l’effroi sous forme artistique (même s’il en est dont on se serait volontiers passé dans la vraie vie).

Le cadre thématique de cette treizième édition 2016 est Le bois des sortilèges. La forêt, dans laquelle on se retrouve comme on se perd, magique ou maléfique, est à elle-seule une terre du Fantastique qui aura inspiré tant de récits, peintures ou films que l’énumération s’avère impossible ici. Belle occasion d’explorer la biodiversité terrestre et surnaturelle de la forêt dans tous les arts de l’imaginaire : cinéma, musique, peinture, sculpture, littérature et bande dessinée.

Outre les projections de courts métrages au Ciné TNB, nous vous proposons de nombreux rendez-vous : conférences, rencontres et découverte d’un riche parcours-expositions où le NAÏA Museum figure en invité d’honneur. Nous avons aussi la fierté d’annoncer que l’opération Pitch dating de cette édition 2016 est placée sous l’égide du Centre National de la Cinématographie (et de l’image animée). NISI MASA, partenaire européen de poids est également de la partie. Pour ouvrir dignement les festivités, 1988 Live Club ouvre sa scène aux agitateurs géniaux de GUZ II et à leur cinématographie musicale unique. Pour les conclure, le temple rennais des musiques actuelles accueille INÜIT et son ensorcelante techno pop. À peine remis de la fièvre du live, les platines seront kidnappées par Dj-Pompiero et Dj-Agora pour le reste de la nuit.

L’affiche de l’édition, d’un noir et blanc élégant et aux détails raffinés, est née sous le « pinceau » talentueux de l’agence Kerozen. Le géant sylvestre décharné qui évolue dans ce cadre mélancolique inspire les contemplateurs. Les réactions et interprétations sont si nombreuses qu’on en vient à s’interroger sur sa résonnance.

À la ressemblance de qui peut être ce personnage qui nous tourne le dos, dans sa magnificence désespérée ? Dans un sillage de racines malingres qui cherchent à le retenir, on ne sait s’il s’enfuit. On ignore si le paysage est voilé d’une brume vaporeuse ou si l’air est saturé de cendres. Les nuages pesants qui tissent l’arrière-plan laissent craindre le pire. Mais il ne faut jurer de rien. Un orage passager peut-être ? Quoi qu’il en soit, dans cet élan qui le transporte, le géant est en action, en marche, et nous invite à le suivre. En ces temps particuliers, qu’on se garde de conclusions ou déductions hâtives que pourrait encourager cette image : la mission du festival a toujours été d’emmener ses spectateurs vers l’ailleurs. C’est sa vocation et son plaisir.

Bienvenue en Ailleurs. Bienvenue à Court Métrange.

 

Steven PRAVONG
Directeur artistique de Court Métrange